fbpx

Depuis plusieurs années maintenant, les produits d’origine animale n’ont plus vraiment la côte. Flexitarisme, végétarisme, véganisme… nous sommes de plus en plus nombreux à tourner le dos aux protéines animales.

Les motivations de chacun sont diverses mais l’objectif est le même : moins de viande dans nos assiettes.

Dans cet article, sans être extrémistes, nous allons vous expliquer pourquoi il est intéressant, pour votre santé et votre porte monnaie (mais aussi un peu pour la planète), de diminuer votre consommation de viande.

1/ Parce que nous consommons la viande en trop grande quantité

Bien que la consommation de viande ait diminuée de 12% ces dix dernières années en France, en 2016 elle était tout de même de 5 781 milliers de tonnes (sachant qu’un boeuf pèse 600 kg environ et qu’on ne consomme que 200 kg de ce même animal).
Soit deux fois plus que dans les années 80.

Le PNNS préconise de consommer en moyenne 1 à 2 portions de viande par jour et au moins deux fois par semaine du poisson dont un poisson gras.

Or, si nous nous basons sur ces chiffres et sur la consommation réelle de viande chaque année, nous sommes bien au-delà de ces recommandations.

2/ Parce que la viande a une image faussée

Cette surconsommation s’explique en partie par l’image que l’on confère à la viande.

En effet, il y existe une espèce d’idée que pour être fort.e et musclé.e, il faut consommer de la viande. D’ailleurs, beaucoup pensent encore qu’il s’agit de l’unique source de protéines.

C’est un peu comme Popeye et ses épinards.

Il est tout à fait possible d’être sportif.ve, musclé.e et en bonne santé avec une alimentation variée et sans que la protéine animale ne soit l’aliment principal.

3/ Parce qu’une consommation trop importante de viande a des conséquences sur notre santé

Plusieurs études ont démontré qu’une consommation trop importante de viande rouge, notamment, pouvait être à l’origine de cancers de l’intestin mais également du pancréas ou encore de l’estomac.

Les scientifiques pointent du doigt une molécule présente dans la viande : l’hème (qui donne sa couleur rouge à la viande), comme étant néfaste aux cellules du système digestif.

Autre facteur mis en jeu : le mode de cuisson et notamment les grillades qui créent des substances cancérigènes.

Attention, loin de nous l’envie de diaboliser la viande. Si vous nous connaissez un peu, vous savez déjà que notre maître-mot est « équilibre » et cela signifie en partie consommer avec modération. Car malgré les nombreuses critiques à son sujet, la viande demeure une bonne source de fer, de protéines et de vitamine B12 essentiels à notre organisme.

4/ Parce qu’il vaut mieux privilégier la viande de qualité plutôt que la quantité

Vous vous en doutez, quand il s’agit de produire plus (et donc d’argent), la qualité est souvent mise de côté. Très souvent, les conditions d’élevage et d’abattage sont critiquées comme étant peu respectueuses et pour cause : il faut toujours aller de plus en plus vite.

Résultat, cela a un impact prépondérant dans la qualité à la fois nutritionnelle et organoleptique du produit.

En clair, vous en n’avez pas forcément pour votre argent. Si vous devez dépenser 4€ de viande dans votre budget, il vaut donc mieux en avoir un peu moins dans l’assiette mais de bien meilleure qualité.

Nous n’allons pas aborder le sujet des viandes “toutes prêtes” tels que les ailes de poulet marinées, les cordons bleu, etc mais il va de soi que c’est d’autant plus véridique avec ce type de produits. Un bon cordon bleu maison vaut 10 cordons bleu du commerce (et ça prend 10 minutes à faire, nous avons même une recette maison délicieuse si vous voulez tenter). Mais ça, vous vous en doutez !

5/ Parce que c’est bon pour l’environnement

Parce que cela ne fait pas de mal de sortir un peu de nos assiettes : l’industrie de la viande et de la pêche ont un impact majeur sur notre planète.

Entre le réchauffement climatique, la dégradation des océans, les gaspillages et pollution de l’eau, souffrance animale ou encore la déforestation, les conséquences d’un mode d’élevage intensif sont multiples et souvent inéluctables.

Diminuer sa consommation de viande, c’est donc aussi agir pour la planète et ses habitants.

6/ Les véritables besoins en protéines de votre corps

Même si les restaurants vous proposent des quantités gargantuesques de viande, nous vous le rappelons, nous sommes bien loin des recommandations en matière de consommation de viande. En un seul repas, vous pouvez consommer jusqu’à deux fois (voir plus) vos véritables besoins nutritionnels.

En gros, il faut compter 150 gr pour une femme et 200 gr pour un homme de viande PAR JOUR (et non par repas).

D’ailleurs, nous en profitons pour vous rappeler que les besoins pour un enfant jusqu’à 6 ans ne sont que de 50 gr par jour (soit l’équivalent d’½ steak haché ou 1 œuf).

Dès le plus jeune âge, nous habituons notre organisme à devoir gérer de grande quantité de protéines et ce n’est pas forcément bon…

Retrouvez notre tableau des quantités pour homme et femme pour chaque repas.

7/ Parce que l’organisme ne stocke pas les protéines

Et oui ! Et cela, vous le savez pas forcément.

Si nous consommons trop de protéines (cela vaut aussi pour les protéines en poudre que l’on a l’habitude de consommer dans le cadre de programme de musculation), c’est le rein (et le foie mais lui se régénère tout seul) qui risque d’en subir les conséquences.

Autant le corps sait parfaitement stocké le gras et le sucre (coucou les petits bourrelets !), mais quand il s’agit des protéines, c’est une toute autre histoire.

Une surconsommation de protéines sur le long terme risque d’endommager les reins qui doit les filtrer. Or, c’est comme si vous faisiez passer du café moulu à travers un filtre à café, si vous ne le changez pas, au bout d’un moment le filtre craque.

Et comme nous vous l’expliquions, les reins ne se régénèrent pas. Et si vos reins ne fonctionnent plus très bien… ce n’est pas très bon pour vous… vous vous en doutez !

8/ Des risques de maladies cardiovasculaires

Bien qu’à ne pas forcément bannir de la consommation, une sur-consommation de viande, notamment de viande rouge, peut entraîner des maladies cardiovasculaire.

Les acides gras saturés qu’elle contient augmentent le taux de mauvais cholestérol dans le sang, et le système cardiovasculaire se détériore petit à petit.

9/ Parce qu’il existe des alternatives à la protéine animale

Il est tout à fait possible de diminuer sa consommation de viande et de remplacer cette dernière par des légumineuses par exemple (pois chiche, lentilles, pois cassé…).

Effectivement, ces dernières sont riches en protéines mais également en vitamines et minéraux.

D’ailleurs un repas “idéal” devrait être composé de viande/poisson/oeuf/volaille (en petite quantité), de légumineuses, d’un produit céréalier, de légumes, d’un fruit et de produit laitier + un petit peu de gras (si possible non cuit). Retrouvez notre tableau de répartition des aliments pour un repas équilibré.

Avec une telle composition, pas besoin de quantités gargantuesques pour être rassasié.e et proposer au corps les éléments nutritionnels nécessaires à son bon fonctionnement.

10/ Pour réduire la faim dans le monde

Bon OK, c’est un peu un titre racoleur. Oui, nous savons que cela ne fera pas tout, mais réduire la consommation mondiale de viande pourrait avoir un véritable impact positif sur l’environnement de manière générale.

On va un peu simplifier tout cela, mais en effet, la production de viande demande un énorme investissement que ce soit en terme d’espaces terrestres mais aussi quant à l’alimentation du bétail. Pour schématiser, Il faut énormément de céréales pour nourrir un animal mais finalement, un animal ne nourrit finalement pas tant que cela de monde.

L’idéal serait de réutiliser les productions céréalières afin de nourrir les hommes (ou développer d’autres productions durables) plutôt que les animaux (attention, nous ne vous disons pas qu’il ne faut plus nourrir les animaux hein : nous parlons simplement d’équilibre).

Sans compter qu’il faut beaucoup d’eau pour produire de la viande (et pas uniquement pour abreuver les animaux, nous parlons là du système global), cela pourrait permettre d’équilibrer les richesses.

Encore une fois, nous ne vous demandons pas d’arrêter totalement la viande. Mais d’en diminuer sa consommation et de la choisir choisir de meilleure qualité.

Et oui, sur ce point, nous sommes un peu idéalistes, mais les rêves peuvent devenir réalité !

11/ Parce que votre portefeuille vous remerciera

Je ne vous apprends rien, la viande, tout comme le poisson, est un produit qui coûte cher.

C’est donc logique d’économiser si vous diminuez votre consommation de viande.

Cependant, nous vous le rappelons à nouveau : il est primordial de privilégier la qualité à la quantité même si c’est un peu plus cher. Comme vous allez manger moins de protéines animales, je vous promets que votre portefeuille sera content (et votre corps aussi !)

12/ Parce que la viande acidifie notre organisme

Rouge ou blanche, la viande perturbe l’équilibre acido-basique de notre organisme.

Or un organisme acidifié est plus sujet aux maladies (décalcification osseuse, inflammations chroniques et immunodépressions).

Pour son bon fonctionnement, le corps doit avoir un PH légèrement au dessus de 7, c’est-à-dire légèrement alcalin. Le problème de la viande est qu’elle contient des minéraux comme le chlore, le phosphore et le soufre. Leur métabolisation produit des acides chlorhydriques, phosphoriques et sulfuriques.

Mais surtout, la décomposition des protéines produit de l’acide urique. Cet acide urique est particulièrement problématique.

Pour le traiter, une enzyme est nécessaire : l’urase. Malheureusement, le corps humain en est dépourvu. Contrairement aux animaux carnivores.

Résultats, l’acide urique reste dans l’organisme et l’empoisonne. Une augmentation de sa concentration dans le sang s’appelle hyperuricémie et peut entraîner la goutte ou des calculs rénaux.

Cela joue également un rôle dans l’hypertension artérielle.

Rassurez-vous, vous éliminez cet acide urique par les urines et les selles. Mais c’est aussi pour cela qu’il faut éviter une sur-consommation de viande.

13/ Parce que cela permet de réduire le nombre d’animaux abattus

Encore une raison liée à l’environnement et non pas à votre corps ou votre assiette. Mais c’est tout de même important d’en prendre conscience.

Surconsommer de la viande s’apparente à du gaspillage.

En effet, de nos jours, nous ne consommons qu’une petite partie des animaux abattus. Lorsque vous jetez un œil aux rayons viande des supermarchés ou de certains bouchers, vous vous rendrez compte que seules certaines parties des animaux sont présentes.

En effet, contrairement aux générations précédentes, nous ne consommons plus toutes les parties des bêtes. De ce fait, pour plus de rentabilité, les grands distributeurs ne retiennent que les parties les plus vendues et font je ne sais quoi avec le reste (ou plutôt je fais l’autruche).

De ce fait, nous tuons de nombreuses bêtes pour finalement ne pas optimiser leur mort.

Mais ce ne sont pas que les bouchers et autres acteurs de ce marché qui font du gaspillage. Cela vient de nous également. La viande étant devenue un produit “courant”, nous y prêtons moins attention.

Ils nous arrivent de la laisser périmée dans le frigo, de ne pas la finir dans nos assiettes et de la jeter… et même dans le simple fait de la manger : et si on prenait un peu plus de temps pour la déguster. Vous verriez que même avec la viande vous pourriez avoir vos préférences et trouver des différences selon l’endroit où vous l’avez achetée, l’origine, etc.

14/ Parce que sa traçabilité est parfois un peu “floue”

Les grands scandales sanitaires sont là pour le démontrer.

Même si beaucoup d’efforts ont été fait depuis ces fameux scandales, nous ne savons pas clairement d’où vient la viande (sauf si vous l’achetez directement auprès du producteur) et comment les animaux ont été élevés (conditions d’élevage, nourriture, anti-biotiques etc).

Et il vaut mieux savoir ce que se trouve dans nos assiettes.

En résumé

Ce sont donc là quelques raisons pour diminuer la consommation de viande (il existe certainement beaucoup d’autres). Nous n’avons pas approfondit certains points, libre à vous de le faire si vous le souhaitez. Il y a des nombreux livres très biens à ce sujet.

Chez Feeling Food, nous ne sommes ni pro-végétarien/vegan ou pro-omnivore. Par contre il est très clair que nous sommes partisans de la modération et de la conscience (deux mots clés que vous retrouverez souvent dans nos articles), c’est pour cela que cela nous tenait à cœur de partager cet article.

Alors, protéines animales ou pas chez vous ?

A très vite,

Aline & Maurianne (et Adèle !)
#teamfeelingfood