Pour beaucoup, la balance a pris une place importante dans le quotidien. Ce qui est étonnant, c’est l’avalanche d’émotions que peut nous faire ressentir ce petit objet. Elle peut nous rassurer, nous procurer joie, surprise mais également déception et frustration.

Il y a des jours où on a envie de l’embrasser et d’autres où on a envie de l’exploser contre un mur !

Et si vous stoppiez cette relation toxique ? Parce que finalement, c’est un peu ça non ? Un “je t’aime moi non plus” qui n’a aucune plus-value dans vos vies.

Elle sort d’où la balance ?

La balance, ou le pèse-personne, a pris une place importante dans nos vies que très récemment.

De plus en plus sophistiqué, connecté, design… ce petit objet, qui n’existait pas il y a 100 ans, a complètement bouleversé nos vies en bien, comme en mal.

Avant la fin du 19ème siècle, personne ne connaissait son poids, et personne ne s’en préoccupait non plus. On pesait bien des choses telles que l’or, les bêtes, les récoltes mais les gens, aucun intérêt.

Les premières balances ne sont pas apparues dans les maisons mais dans des lieux publics (parc, métro de Paris,..). Tout le monde peut s’y peser, au sus et à la vue de tous, moyennant quelques centimes.

Mais dans les années 1950 tout va changer. La balance devient un accessoire de la maison, le corps de la femme change. Fini les rondeurs, on veut des corps sveltes, athlétiques, qui correspondent à un idéal de beauté que tout le monde souhaite atteindre.

Les magazines font l’éloge du corps féminin et les premiers régimes leur apparition (coïncidence ?).

La femme se libère de ses vêtements (maillot de bain, jupes plus courtes…) pour petit à petit s’enchaîner à sa balance.

L’impact de la balance sur notre perception du corps et notre humeur

Avant d’aller plus loin, la véritable question à se poser : pourquoi est-ce que nous avons tant besoin de nous peser (au risque de passer une journée avec le moral à zéro) ? Alors qu’en réalité, d’autres paramètres peuvent nous aider à surveiller notre poids.

Cela peut être nos vêtements par exemple. Ou encore l’œil de notre entourage (s’il est empathique bien entendu et surtout pas moralisateur).

Finalement, pourquoi nous focaliser sur ce chiffre qui apparaît sur la balance et qui a le pouvoir de nous donner le sourire ou de nous énerver ?

ça commence tôt 😀

Simplement parce que cet outil est entré dans notre quotidien tout comme la télévision ou le smartphone. La société en a fait un outil “indispensable”. Grâce au pèse-personne, et au chiffre qu’il projette, nous pouvons savoir si nous faisons partie de la norme ou pas. Du conventionnel ou pas.

Le véritable problème de la balance n’est pas tant de connaître son poids, mais surtout l’impact que ce chiffre va avoir sur notre moral, notre humeur et sur la perception que l’on se fait de notre corps.

Sauf que la balance ne reflète absolument pas la réalité. En tout cas, elle n’en donne qui tout petit bout qui ne prend pas en compte l’être humain, VOUS, dans votre globalité. Or, ne vous reposez uniquement sur elle serait comme oublier qui vous êtes.

Car le véritable problème de la balance est bien là. Elle ne connaît ni votre nom, ni vos goûts. Elle ne connaît rien à votre passé ou à votre histoire. Par contre, elle se permet de vous définir avec un chiffre. Chiffre qui peut ruiner votre journée ou votre semaine. Chiffre qui est censé vous définir. Sauf que vous en oubliez que vous êtes un tout : un corps, une personnalité, une histoire, une force, une vie, un futur…

C’est dommage de laisser un simple chiffre (2 ou 3 en fait) vous définir.

C’est dommage de laisser un simple chiffre vous faire totalement perdre confiance en vous.

C’est dommage de laisser un simple chiffre prendre le contrôle de vos assiettes et de votre vie.

Qui n’a jamais sauté de repas ou moins mangé à cause de la balance ?
Qui n’a pas entamé un énième régime à cause de la balance ?

Qui n’a pas annulé une invitation à cause de la balance ?
Qui n’a pas pleuré à cause de la balance…

Et si on arrêtait de se focaliser sur des chiffres ?  

L’impact de la société moderne

Mais pourquoi ce chiffre est-il si important ?

Pourquoi d’une société qui ne se pesait jamais, voue-t-on aujourd’hui une obsession à la balance ?

Tout simplement parce que notre société a instauré des “normes”, des critères de beauté et d’acceptation. Et si on ne correspond pas à ces critères, cela fait de nous des personnes « hors norme ».

Et que le poids, plus que l’intelligence, l’altruisme, ou même la beauté, est sans doute l’un des critères les plus importants d’acceptation dans cette société, et ce dès le plus jeune âge.

On a établit un IMC, un poids dit de forme, un poids idéal… et on cherche tous à rentrer dans ce moule. Sans quoi la grossophobie fait rage. Nous sommes, aujourd’hui, dans une société focalisée sur les chiffres et le rendement. Peu importe comment notre corps change et se transforme, seul le chiffre compte.

Tout au long de notre vie, on ne va cesser d’essayer de lutter contre cette balance, contre ce chiffre qui nous défini. On en oublie d’en écouter notre corps et que notre vie est belle.

Notre propre perception de tout ce qui nous défini à cet instant est biaisé sitôt que l’on monte dessus et que ce fameux chiffre apparaît, pour le meilleur ou pour le pire.

A force de rester concentré sur la balance, et le fameux chiffre qu’elle révèle, on en oublie notre corps, ses évolutions, son ressenti et les possibles nouveautés qu’il affiche (tient, un nouveau muscle voit le jour !).

Et oui, la balance n’a pas d’œil pour voir vos évolutions et n’a pas d’oreille pour entendre vos joies ou vos peines.

Vous êtes accro à la balance ?

Bon… nous ne vous en voulons pas. Cela peut être difficile de changer ses habitudes. Du coup, nous allons vous donner quelques conseils pour utiliser la balance correctement (et qui sait, peut-être qu’avec le temps vous allez l’oublier dans un coin !)

Déjà, je pense que vous le savez, il vaut mieux se peser le matin à jeun. Si possible, allez au toilette juste avant. Si vous avez un carrelage, faites attention à ce qu’elle ne soit pas sur les rainures et éviter de vous peser sur de la moquette. Cela à tendance à dérégler la balance.

Oubliez la pesée quotidienne !

Votre poids va naturellement varier d’une journée à l’autre mais également sur une même journée (suivant ce que vous aurez bu ou manger, le stress, la rétention d’eau, les hormones…). C’est pourquoi il est préférable de ne se peser qu’une fois par semaine, mais une fois par mois est également suffisant.

D’autres paramètres peuvent vous aider à surveiller votre poids sans la frustration liée à un chiffre. En prenant vos mensurations par exemple.

Si le poids indiqué ne correspond pas à vos attentes, n’oubliez pas que si vous avez changé votre façon de manger et que vous vous êtes mis.e à une activité physique, votre corps a s’en doute changé. C’est également le cas si vous êtes indisposée, si vous avez bu davantage, si vous avez été malade depuis votre dernière pesée, etc. La balance ne prend pas en compte ces éléments. Relativisez !

La balance fluctue toujours d’un kilos entre le matin et le soir, mais aussi en fonction de votre activité de la journée. Ce n’est vraiment pas une bonne conseillère…

Et si on écoutait plutôt notre corps

Et finalement, si la balance on s’en balançait ?

La véritable question est : pourquoi avons nous tant besoin d’une amie qui peut nous faire du mal lorsque d’autres paramètres peuvent nous aider à surveiller notre poids sans frustrations liées à un chiffre. Pourquoi un tel besoin de se peser ?

Est-ce un besoin fortement ancré de rentrer dans la norme, de correspondre à un chiffre ? Mais est-ce ce chiffre qui réellement nous défini ?

Ne pouvons nous pas être bien plus que ce chiffre ?

Alors si on oubliait cette balance ? Vous êtes prêt.e ?

Si vous avez besoin de suivre votre évolution

Prenez vous en photo chaque mois : de face, de dos et de profil. Pas la peine d’être en sous vêtements si vous ne vous sentez pas à l’aise.

En quoi sont elles importantes ? De la même façon que l’on ne se voit pas vieillir, on ne voit pas non plus les changements de son corps, la photo est donc là pour nous les montrer…

Un autre outil, peut être encore plus intéressant : prenez vos mesures ! Tour de bras, taille, ventre, hanche et cuisse afin d’avoir d’autre repère de votre évolution.

Réapprenez à VOIR votre corps

Si vous vous sentez en confiance : essayez de vous regarder en pleine conscience.

Mettez vous (nu.e ou en sous vêtements) devant un grand miroir de façon à, si possible, vous voir des pieds à la tête.

L’objectif de l’exercice n’est pas d’être critique envers vous-même, ni de rechercher vos qualités. Juste de vous regarder, de la façon la plus juste possible. Comme si vous décriviez un tableau. Essayez de noter tout ce que vous remarquez vis à vis de votre corps, des choses les plus évidentes aux petits détails que vous n’aviez pas remarqué jusque là.

Réappropriez vous votre corps. Sentez le vivre et s’exprimer. Essayez de voir les petits changements qui se sont opérés en un mois. Ne cherchez ni le bien, ni le mal, mais le vrai, le vous, celui ou celle que vous ne regardiez plus attentivement ou pas à sa juste valeur….

Si vous faites partie de ceux qui se pèsent tous les jours, pas de pression. Avancez petit à petit, pas à pas.

Ne culpabilisez pas. Ne vous mettez pas la pression. Essayez de voir dans les outils que nous vous partageons quels sont ceux que vous pouvez mettre en place facilement et qui pourront prendre la relève de la balance.

L’idéal serait de remettre notre corps et nos sensations au cœur de nos vies, plutôt qu’un objet et un chiffre.

Dites nous en commentaire où en est votre relation à la balance aujourd’hui.

A très vite,

Aline & Maurianne
#teamfeelingfood

programmes-dietetiques-perte-poids-feeling-food