fbpx

Mon corps n’est pas une poubelle ! Non, mon corps n’est pas une poubelle !

Cette phrase a l’air bête dite comme cela. Et pourtant, lorsque l’on souhaite reprendre de bonnes habitudes alimentaires, et notamment perdre du poids, elle a toute son importance.

C’est un mantra que doit vous rester en tête et guider certains de vos choix. Nous vous expliquons tout cela en détail dans cet article.

Pourquoi cette habitude de finir notre assiette ?

Vous êtes à table et vous sentez que vous n’avez plus faim. Mais il ne reste qu’une bouchée. Vous n’allez quand même pas la jeter ! Ce serait dommage de gaspiller… Et puis une bouchée, c’est rien… (si vous saviez à quel point cette pensée est fausse… une bouchée, ce n’est pas rien)

Mais d’où nous vient cette fâcheuse habitude de toujours devoir finir nus son assiette. De ne pas pouvoir s’empêcher d’aller jusqu’au bout de son repas même si l’on sait que l’on a plus faim. Même si on se sent lourd et que l’on sait d’avance que l’on ne va pas être bien…

De notre enfance, bien évidemment.

Pardi !

Vous les avez sûrement entendues ces phrases :

  • Finis ton assiette !
  • Tu ne sortiras pas de table tant que tu n’auras pas fini (et on y est resté des heures à table devant cette assiette pour finir par la manger froide au bord de la nausée…)
  • Allez, plus qu’une bouchée.
  • Une cuillère pour faire plaisir à maman… (ou papa, ou le chien, ou je ne sais qui !

Et ce n’était pas à mal que nos parents nous disait cela.

Nous devons être l’une des premières générations à ne pas avoir connu la guerre, à ne pas avoir connu la restriction (sauf celle que l’on s’impose bien sûr… tu sais, les fameux régimes restrictifs ) ni la faim.

Il était impensable pour eux de ne pas finir une assiette ou de jeter lorsque l’on a connu le manque. Et il y avait ce besoin d’anticipation, d’au cas où, sans compter le fait que pendant des générations l’amour passait par le ventre. Nos grands parents n’étaient pas très bisous et câlins mais très généreux en gâteaux et gourmandises car ils nous disaient « je t’aime » en nous nourrissant.

Mais les choses ont changées aujourd’hui, il est donc temps que nous aussi nous changions.

En quoi est-ce bénéfique pour votre corps de ne pas finir vos assiettes ?

Tout simplement parce que le contenu de notre assiette ne correspond pas forcément à notre faim. Il est donc préférable d’écouter son corps que sa tête en terme de quantité.

Finir son assiette par peur de gâcher signifie que vous prenez votre corps pour une poubelle. Tout simplement parce que vous préférez mettre le reste de votre assiette dans votre estomac plutôt que dans la poubelle (sachant qu’il existe des alternatives vous le verrez).

Ne pas finir son assiette de façon automatique vous permet de mieux percevoir les sensations et les messages de votre corps.

En mangeant par automatisme, vous ne faites pas attention à votre satiété et donc les messages de faim et de rassasiement sont totalement faussés par des habitudes mises en place sans être à l’écoute de votre corps.

Comment faire pour ne pas finir ton assiette ?

Il est temps d’apprendre une nouvelle langue, celle de votre corps.

Voici un petit exercice du type de ceux que l’on donne à nos patients Feeling Food. Il va vous aider à mieux connaitre votre faim et si besoin, à ne pas finir systématiquement vos assiettes !

Bienveillance alimentaire : Ne pas finir son assiette – exercice

A chaque repas, mangez la moitié de votre repas normalement. Puis arrivé.e à la moitié de ce repas, posez vous cette question : “Ai-je encore faim ou ai-je encore envie de manger ? ”.

Si vous n’avez plus faim, arrêtez votre repas. Même s’il ne reste qu’une bouchée : votre corps n’est pas une poubelle.

Si vous avez encore faim, mangez encore une ou deux bouchées, doucement. Puis reposez vous la question : “Ai-je encore faim ou ai-je encore envie de manger ? ” et ce, jusqu’à ce que vous ayez soit plus faim, soit fini votre assiette.

Si vous n’avez plus faim mais que vous avez encore envie de manger, prenez une ou deux bouchées supplémentaires en prenant le temps de les savourer (sur le principe de la pleine conscience) et en vous focalisant dessus avec vos 5 sens puis arrêtez votre repas.

Au début, il sera sans doute difficile pour vous de savoir répondre à cette question. Mais ce n’est pas grave. Petit à petit, vous serez plus à même d’y répondre. Donnez vous du temps. Soyez patient.e. On apprend pas une nouvelle langue en 2 jours, n’est-ce pas ?

Si besoin, voici un article dans lequel nous vous expliquons comment différencier faim et envie.

Astuces pour éviter le gaspillage

Génial, vous n’avez pas fini votre assiette parce que plus faim ! Mais on fait quoi des restes maintenant ?

Voici plusieurs astuces pour éviter le gaspillage :

  • Vous pouvez conserver le reste au réfrigérateur pour le prochain repas. S’il n’en reste pas beaucoup, cela peut être la 1ère partie de votre repas suivant, puis servez vous une petite assiette du “vrai” repas (mais encore une fois : AUCUNE OBLIGATION DE LA TERMINER !)
  • Vous pouvez faire un “plat de restes” : tarte, soupe, riz/pâtes sautés, omelette… internet est une source incroyable d’idées.
  • Vous pouvez les intégrer à la recette du prochain repas si là encore cela s’apprête (une purée de pomme de terre devient des croquettes ou une hachis parmentier)
  • Vous pouvez les utiliser pour nourrir votre animal de compagnie si vous en avez un.
  • Vous pouvez les mettre au congélateur (si les aliments qui composent le repas n’ont jamais été congelés).

Donnons de bonnes habitudes alimentaires à nos enfants

Et si au lieu de forcer nos enfants à finir leurs assiettes, on les laissait s’écouter ?

Cela peut faire peur comme idée : peur qu’ils ne mangent pas suffisamment et qu’ils ne grandissent pas bien ou que ce soit juste un « caprice ».

Pourtant les enfants sont experts en l’art de s’autoréguler. Pire ! C’est même nous, adultes, qui les déréglons en les incitant / forçant à tout manger sous peine de punition (pas de dessert, pas de jeu, pas de bonbon…) ou je ne sais quoi.

Si vous avez besoin d’informations ou d’accompagnement, nous avons rédigé un guide complet à ce sujet : Bienveillance alimentaire – De la diversification à l’adolescence.

Prêt.e à ne plus considérer ton corps comme une poubelle ?

Maurianne, diététicienne-nutritionniste et co-fondatrice de Feeling Food t’explique pourquoi ne pas finir systématiquement ton assiette quand tu veux perdre du poids.

A très vite,
Aline & Maurianne
#teamfeelingfood

%d blogueurs aiment cette page :